Header Ads

ad

[Test] God of War


A vos boucliers, le fantôme de sparte approche ! Après un repos de 8 ans, le célèbre Dieu de la Guerre est de retour plus en forme que jamais. D’une conception entièrement nouvelle, l’opus tente de se donner une nouvelle jeunesse en modifiant complètement son système de jeu. Pari très risqué quand il s’agit d’une licence ayant si bien marché par le passé… Alors qu’en est-il ?

Blanc comme neige

Pour nos jeunes lecteurs, une présentation s’impose. God Of War est en quelque sorte la série référence des Beat’em all. C’est dans l’opus originel de 2005 que nous faisions la connaissance du protagoniste principal de l’histoire : Kratos. Capitaine Spartiate ayant vendu son âme au Dieu de la Guerre Arès, Kratos massacra par erreur sa famille et fut condamné à porter sur sa peau les cendres de sa famille, le rappel permanent d’un crime en réalité manigancé par Arès. Plein de haine envers son employeur, Kratos parvint, avec l’aide des dieux, à prendre sa revanche en tuant Arès et à devenir le nouveau Dieu de la Guerre.

Le gameplay des trois premiers opus est simple et tient en trois mots : CA VA CHIER ! Du massacre de créatures de la mythologie grecque, de l’étripage de centaure, de l’arrachage de tête de gorgone et de l’éventration de titan, tel est la réalité de cette série qui a tant plu aux joueurs du monde. Une caméra changeante qui bien souvent se poste en vue du dessus nous permet d’avoir une vision globale du champ de bataille et de ce qui s’y passe, on déplaçait alors Kratos librement à travers les hordes d’ennemis.

Des QTE (Quick Time Event) correspondant à la mise à mort de monstre et de boss se produisaient souvent lors de la bataille donnant un vrai rythme à l’aventure (sans parler de la jouissance pour le joueur de couper en deux certains monstres…)


Du nouveau avec de l’ancien

Le moins que l’on puisse dire c’est que les choses ont légèrement changées depuis. God Of War 4 nous fait toujours incarner Kratos, un peu plus vieux, et nous projette cette fois-ci à travers la mythologie Scandinave, à Midgard. Nous retrouvons donc ce fameux spartiate accompagné d’Atreus, son fils, tout deux en plein deuil. Vous devrez respecter une dernière volonté et disséminer des cendres en haut de la plus haute montagne de Scandinavie. Au programme, de la rencontre de géant, de dieux et un open world à explorer. A première vue, question intrigue, rien de bien neuf, mais attendez-vous à plusieurs rebondissements !


Il est toujours difficile de renouveler une licence et un personnage connu sans retomber dans le déjà vu. Il faut le dire, d’un point de vu caractère ce nouveau Kratos est vraiment bien réussi : entre cynisme, moquerie, humour et référence aux anciens opus, notre héros nous apparait plus apaisé que jamais, rien à voir avec ce qu’il était avant. Par ailleurs la relation de père/mentor qu’il entretient avec Atreus est vraiment plaisante à découvrir tout au long du jeu, c’est un homme nouveau qui conserve néanmoins les stigmates d’un lourd passé. La narration est quant à elle très bien écrite et nous fait profiter de chaques instants du jeu avec une intensité peu commune. Même dans les déplacements en bateaux qui peuvent parfois être un peu long, des histoires nous sont racontés afin d’en apprendre plus sur le monde qui nous entoure. Monde qui, soit-il dit en passant, est d’une infinie beauté arborant une finesse de texture rarement égalée.

Outre le nouvel environnement, un changement notable est à noter dans le gameplay : c’est à la troisième personne cette fois que vous devrez vous battre. La caméra derrière le personnage à la mode Mass Effect pour un Beat’em All, c’est pour le moins inattendu quand on connait le passé de la série. Dans l’ensemble on peut clairement dire que les développeurs s’en sont bien sorti : un habile système de marqueurs changeant de couleur et d’avertissements par les compagnons rend la bagarre très agréable.


L’équipement du guerrier

Là aussi il y a du neuf, l’équipement de Kratos est maintenant entièrement modulable pour l’adapter à votre style de jeu : Si vous êtes un bourrin (comme moi) vous mettrez des armures et des capacités boostant la force et les frappes runiques, sinon vous pourrez devenir un tank en mettant de l’équipement boostant la défense et la vitalité. Il est à noter que maintenant vous devrez équiper deux compétences, une rapide et une forte, pour pouvoir les utiliser moyennant un temps de recharge. Un arbre de compétence complet vous permettra aussi de renforcer les compétences du spartiate et de son fils. Oui car Atreus est très utile avec son arc et ses invocations : tantôt il étranglera vos ennemis, tantôt il pourra les paralyser avec des flèches électriques. Si au départ je pensais ne pas l’utiliser, j’ai bien vite changé d’avis !


Un chef d’œuvre

Les aventures de Kratos ont bercés l’enfance de nombreux joueurs. Si l’aspect violent et gore des affrontements est indéniable il s’équilibre toujours par le coté dramatique de l’histoire touchant ainsi la corde sensible du gamer. Graphiquement somptueux, cet opus sera un régal pour les yeux durant toute sa durée de vie (25h quête principale, 50h avec quête annexe). La fin du jeu qui laisse clairement entrevoir une suite est néanmoins un peu légère à mon gout (il n’y a pas de Spoiler ici… mais il n’y a pas d’affrontement vraiment épique marquant la fin !). Malgré cela cet opus est en droite ligne de la série : mythique !

LES ➕


    ✔️️ Kratos est toujours aussi badass
    ✔️️ La relation père/fils
    ✔️️ La mythologie scandinave et ses histoires
    ✔️️ Un véritable open-worl avec plusieurs quêtes annexes
    ✔️️ Divinement beau !
    ✔️️ L'ajout du mode photo
    ✔️️ Ça SAIGNE !!!

LES ➖

    ❌ Quelques petits bugs de collisions pas bien méchants
    ❌ Pas d'affrontement final épique...


Note


18/20




Test écrit par Manu N.

Aucun commentaire