[Critique] Split - GeekMPT: Blog Jeux Video, Cinéma, Séries TV, Loisirs et Bons Plans

/
0 Commentaires
Synopsis
Kevin est un homme qui possède plus de 23 personnalités, avec des attributs physiques différents pour chacune.
C’est alors qu’une de ses personnalités commence à prendre le pas sur Kevin, et le pousse à kidnapper trois adolescentes à des fins obscures…






LE DERNIER MAÎTRE DU SUSPENSE

C’est avec ce film : Split que M. Night Shyamalan fait son grand retour, mais aussi pour essayer de remonter la pente suite à ses multiples échecs : Phénomène, Le Dernier Maître de l’Air, ou encore le supplice After Earth.
Et pourtant, ce réalisateur d’origine indienne a énormément de talent, il a marqué le cinéma avec le culte 6ème Sens, ou encore Incassable. De plus, il est considéré comme un maître du Twist de fin (Rebondissement scénaristique) et il propose d’assez bonnes idées de film, comme par exemple Signes ou Le Village.
Et c’est donc 2 ans après son dernier film, le mitigé The Visit, que M. Night Shyamalan revient, avec un genre qui marque son retour aux sources : le Thriller psychologique.
Alors ? Split le film de la rédemption ou pas ?

  

THE JAMES MCAVOY’S SHOW

La plus grande originalité du film émane du personnage interprété par James McAvoy (Wanted, X-Men : Le Commencement), Kevin, qui possède plus de 23 personnalités. Ce qui inéluctablement demande un jeu d’acteur complet, précis et efficace.
Ce qui est le cas pour James McAvoy : Sa prestation est juste bluffante, il arrive à nous convaincre, par le biais de sa gestuelle ou/et de ses mimiques quel personnage il interprète, donc quelle personnalité Kevin adopte.
Rappelons que parmi les 23 personnalités de Kevin, on y retrouve un enfant de 9 ans, un homme maniaque, un autre homme assez expressif passionné de mode, des femmes…
De plus, a aucun moment James McAvoy ne tombe dans un jeu d’acteur « travesti » (surtout lorsqu’il incarne une identité féminine de Kevin), il reste très subtil dans sa manière de jouer, ce qui est louable, tant la tâche est difficile à cause de ce rôle ! 
M. Night Shyamalan a bien fait de choisir James McAvoy, car il fallait un acteur à la hauteur tant le personnage « porte » le film : Tous les moments de suspense, d’angoisse, de tension sont provoqués par Kevin, dû à son trouble dissociatif de l’identité. Le personnage est l’essence même du film, sa complexité et son originalité en sont la cause.



Bien entendu, les autres protagonistes restent intéressants, comme la psychanalyste interprétée par Betty Buckley (Phénomène, Carrie) qui cherche tant bien que mal à faire découvrir au monde cette pathologie psychologique.
Mais aussi la fille qui se fait enlever par Kevin : Casey, interprétée par Anya Taylor-Joy (The Witch, Morgan), qui possède un caractère bien trempé.
Ces personnages fonctionnant bien, l’ambiance du film marche tout autant. M. Night Shyamalan à bel et bien retrouvé son talent d’autrefois !
Le cadrage est propre, et surtout on retrouve la pâte du réalisateur au niveau de certaines scènes : Il y a des plans très « froids », dans un sens ou la représentation d’une action, souvent cruelle et immorale est montrée pleinement à l’écran, en longueur. Ce qui provoque un effet de gêne, et renforce l’ambiance malsaine du film.
Et comment ne pas parler du twist final de Split ! Bien sûr, rien ne sera dévoilé dans cette critique, sachez juste que c’est un twist assez osé et inattendu.
Petit conseil tout de même, attardez-vous sur la filmographie de M. Night Shyamalan pour tout comprendre.




CASSABLE

Malheureusement le retour en force de M. Night Shyamalan n’est pas parfait.
Certains problèmes entachent l’efficacité du film, comme le défaut de rythme pour certains passages.
Le scénario est assez maigre, construit en ligne droite avec quelques flash-backs, pour étoffer le background de Casey. Et d’ailleurs, le souci c’est que seulement 3 personnages sont mis en avant, la psychanalyste, Kevin (et ses diverses personnalités) et Casey. Les deux autres filles enlevées par l’antagoniste sont insipides, ne font que « figuration ». Ce qui est dommage, car l’histoire semblait être construite sur les natures différentes des 3 filles : Casey est futée et a un côté sombre, tandis que les deux autres filles sont décrites comme niaises et superficielles. Ce choc des personnalités s’évanouit assez rapidement.


Il y a un autre problème, qui peut déplaire : Le scénario et ses embranchements. En effet, plus l’histoire avance, plus les événements deviennent assez… Rocambolesques, ce qui peut être déprécié par le spectateur.
En effet, Split se veut assez réaliste (malgré les 23 personnalités de Kevin), et le dénouement chamboule tout ce réalisme.


RÉDEMPTION

Split marque le grand retour de M. Night Shyamalan, et c’est tant mieux.
Le film, malgré ses quelques défauts reste très plaisant, intriguant et inquiétant, avec un James McAvoy au top niveau. À noter que la soundtrack de Split est aussi très prenante, avec des sons puissants, qui favorise ce climat très « lourd ».
M. Night Shyamalan semble en forme et apte à réaliser des bons films, en espérant qu’il recommence à nous surprendre comme il le fait si bien. Mais par pitié, pas un autre After Earth



Critique écrite par Kyliann Mary


Vous aimerez peut-être

Synopsis Kevin est un homme qui possède plus de 23 personnalités, avec des attributs physiques différents pour chacune. C’est alors q...

Aucun commentaire :